Accueil, Non classé, Objectif culturel

OBJECTIF CULTUREL – FÉVRIER 2017

Salut les couscous !

Je suis tellement contente de vous retrouver pour cet article culturel. C’est tellement long à rédiger mais j’aime tant me souvenir de ces petits moments de bonheur que, bon, ça va, le bonheur pèse plus dans le game que la rédaction.
C’est donc parti pour l’objectif culturel du mois de février. Oui, nous sommes le 12 mars, KESKIYA. Bon allez, j’ai 7 films à vous proposer, exclusivement de 2016, de sublimes reportages, des livres et une visite, alors je vous épargne les intros de 10 km. Ne me remerciez pas. 

Je rappelle que mon objectif, chaque mois, est de voir/lire :

4 films
3 livres
2 reportages/émissions
1 expo

ATTENTION L’ARTICLE FAIT 9247757384 km.
Pour votre santé mentale, armez-vous d’une boisson chaude et aérez-vous l’esprit toutes les 20 minutes.
Carrousel Doré ne saurait être tenu responsable en cas de suicide. MERCI, BISOUS.



Ma vie de courgette
La La Land
Juste la fin du monde
Les adieux à la reine
Sing
L’avenir
Quand on a 17 ans



Très Intime
Les eaux troubles du Mojito
La bible illustrée et expliquée



Planet Earth II :
Islands
Mountains
Jungles
Deserts
Grasslands



Musée Magritte, Bruxelles


 

 

Ma vie de Courgette de Claude Barras

Pays : France
Durée : 1 h 06
Année : 2016
Genre : Animation, famille

Ah, Ma vie de Courgette, mon petit coup de cœur du mois. Alors, oui je sais, il est sorti il y a un moment maintenant mais j’arrive toujours après la guerre. Dans les premiers instants, j’étais un petit peu mal avec ce jeune garçon bleu coquard. Une fois la première impression passée, j’ai adoré. Tout est canon, le fond, la forme, un petit côté touchant qui prend aux tripes.

8/10


La La Land de Damien Chazelle

Pays : USA
Durée : 2 h 08
Année : 2016
Genre : Comédie, drame, musical

Dès que je vois le nom du film quelque part, j’ai la B.O dans la tête. Pire que la chanson des sardines de Patrick Sébastien. Dans les premières minutes, ce fut la surprise. Malgré la prévention des copains «ATTENTION, ÇA CHANTE », ça m’est arrivé dans a tête comme un pavé dans la mare. *SURPRISE C’EST NOUUUUS ON SORT DE LA VOITUUUURE*.
L’histoire apparaît au début comme des plus classiques, mettant en scène un homme et une femme. Un homme et une femme ensemble, c’est pas fait pour décorer et encore moins faire des Chocapics. Du coup, ça me semblait un peu trop easy comme scénario. J’ai vraiment eu peur de tomber sur un scénario nian-nian d’une femme et d’un homme qui tombent amoureux.

Finalement, l’ambiance est vraiment super sympa et prend le dessus sur le scénario.  Je reste sur ma réserve car je ne suis pas une grande fan d’Emma Stone mais d’un autre côté, j’étais vraiment fan de l’ambiance. Vu que j’ai le cul entre deux chaises, ça sera un 7, Bernard.

7/10


Juste la fin du monde de Xavier Dolan

Pays : Canada/France
Durée : 1h37
Année : 2016
Genre : Drame

Bon, une fois encore, j’arrive après la guerre. A ce rythme là, il ne faut plus sauver le soldat Ryan mais le soldat June, perdu dans des contrées infinies quand les films sortent. Alors qu’ai-je pensé de Juste la fin du monde ? Pesant, ce film est magnifique mais pesant. L’ambiance et les personnages sont pesants. Néanmoins, c’est magnifiquement bien réalisé. Les personnages sont parfaits dans leur rôle et même si je n’aime pas spécialement Léa Seydoux — j’en parle juste après dans le prochain film — c’est passé crème, comme papa dans maman. On comprend le fond sans mots. Les conversations flottent dans l’air de la gêne à la douceur. Malgré un malaise palpable, ce fut une très belle découverte.

8/10


Les adieux à la reine de Benoît Jacquot

Pays : France
Durée : 1h40
Année : 2016
Genre : Drame, historique, romantique

« Allez Loulou, on regarde Les adieux de la reine  ! » Je suis un peu reloue quand il s’agit de films concernant Marie-Antoinette. Passion reine, château et compagnie, BONJOUUUR.  Il a craqué et on l’a regardé en amoureux. Bon, lui, il a pas trop kiffé, il a un peu supporté. Si ce n’est pas l’amour, ça y ressemble :).
Alors OK, c’était le film de l’année car j’ai du mal avec Léa Seydoux et il y avait pas mal de scènes plates. Cependant, j’ai beaucoup aimé l’ambiance du film. C’est un Versailles différent de ce qu’on voit souvent dans les films. Après je ne suis pas une encyclopédie de films sur Versailles non plus, notons-le.

6/10


Sing de Christophe Lourdelet

Pays : USA
Durée : 1h48
Année : 2016
Genre : Animation, comédie, famille

Pour la Saint Valentin, nous sommes allés voir Sing. Bon, dit comme ça, ça ne fait pas rêver mais on venait de voir La La Land quelques jours plus tôt et, ce soir là, il n’y avait pas grand chose en VO. Et puis un cinéma en amoureux, qu’importe le film, ça reste sympa. Du moins, je le pensais. Alors si pour ma part, j’ai trouvé ça sympa sans plus, c’était un bon moment. Pour l’amoureux, c’était autre chose. J’ai eu l’impression de lui avoir infligé la pire torture qu’il soit. Par acquis de conscience, je suis allée voir son IMDb par curiosité, pour connaître la note qu’il a donnée au film et finalement, nous avons la même. Monsieur râle mais on a finalement le même avis mais deux façons différentes de le dire. Et puis, chacun son tour de souffrir, j’ai bien donné de ma personne le mois dernier en regardant le film qu’il avait choisi. À savoir le films le plus nian-nian de la planète :Hana to Alice Satsujin Jiken dont je parle ici.

Je ne m’attendais pas vraiment au film de l’année, ça reste des animaux qui chantent et danse mais c’était pas non plus une torture. C’est mignon et je trouve que l’ambiance rappelle pas mal Zootopia.

6/10


L’avenir de Mia Hansen-Løve

Pays : France
Durée : 1h42
Année : 2016
Genre : Drame

L’avenir, c’est le genre de film français que propose l’amoureux quand il veut que je regarde un film avec lui et que ma motivation pour regarder un film est proche de zéro. Je ne dis jamais non à un film français, enfin quasiment jamais, ça marche 8 fois sur 10. J’adore les films français, ils ont quelque chose de particulier — attention, je ne vous parle de daube comme Les Kaïra, hein, faut pas pousser mémé dans les orties. Dans ce film, j’adore le personnage qu’incarne Isabelle Hubert. C’est doux, poétique et surtout très juste.

8/10


Quand on a 17 ans de André Téchiné

Pays : France
Durée : 1h42
Année : 2016
Genre : Drame

Quand on a 17 ans, c’est la vie de deux adolescents perdus dans une petite ville montagneuse de France. Le film est très sympa. Les jeunes acteurs sont parfaits dans leur rôle.J’avoue que j’adoooore aussi Sandrine Kiberlain. C’est un film très juste. J’ai beaucoup aimé.

7/10


Début février, j’étais pleine d’espoir niveau lecture, j’ai même osé dire que la pile allait vite être finie. LA BONNE BLAGUE.  Je me suis vite calmée. Les partiels qui reviennent au galop, ça ne pardonne pas.
Je ne vais vous parler que de trois livres pour ce mois. J’ai en bien entamé les deux autres mais je préfère vous en parler une fois finis. J’espère vraiment lire plus de livres le mois prochain.

 

Très intime de Solange
Edition : Pavot

Gros gros coup de cœur. Cela fait très longtemps que je n’ai pas eu un tel coup de cœur pour un bouquin. Depuis quelques temps, j’ai un peu délaissé les vidéos de Solange. Un soir, je suis tombée sur sa vidéo nommée Les Vulves et j’ai découvert que son nouveau livre sortait le lendemain ou quelque chose comme ça. J’ai craqué et je l’ai acheté, enfin mon mec me l’a acheté car c’est un amour et que je l’aime. C’était le moment cul-cul offert par Carrousel Doré. Très intime réunit des témoignages de femmes de tous âges sur leur rapport à la sexualité, à la tendresse, aux hommes, aux femmes. Ina Mihalache, alias Solange, explique qu’elle a retranscrit les témoignages tels quels avec les rires, la façon de parler. C’est ce qui sublime le livre. Les témoignages sont beaux, tendres, drôles. J’avais très envie de serrer les filles et de leur dire « MERCI ! » On se sent si seule dans notre rapport à la sexualité et à la tendresse et en lisant ces quelques femmes, on se sent moins seule, plus proche d’elles.

Ce livre me touche énormément. Il me rappelle quand j’étais beaucoup plus jeune, je devais avoir sept ou huit ans. Je rêvais de marcher sur tous les mètres carrés de la planète. C’est un peu bizarre dit comme ça. Je voulais voir chaque recoin du monde et surtout voir comment les autres vivaient. Quand j’ai grandi, je me suis calmée car j’ai compris que c’était un peu glauque et je voulais pas trop qu’on m’enferme car je ne pense pas qu’il y ait des Chocapics en prison. Bien sûr, mes intentions étaient nobles. J’étais juste fascinée par les milliers de cultures qui m’entouraient. On ne vit pas pareil avec des parents toujours absents, sans parents ou avec trois générations sous le même toit. On ne vit pas pareil dans une maison, dans une caravane, dans un appartement.  Vers 16 ans, j’ai eu l’occasion de participer à une exposition photographique dans ma ville où j’ai exposé mes photographies sur le thème de la gourmandise. À cette occasion, j’avais également réalisé,  pour l’exposition, deux ou trois vidéos sur la façon dont les gens dînent. Je me souviens que, pour donner vie à mon projet, j’ai pris ma caméra, deux ou trois copines et nous sommes parties, un soir, filmer de parfaits inconnus qui mangeaient. On entrait dans leur intimité. C’étaient des personnes rencontrées lors de notre porte-à-porte peu avant le dîner. C’était spécial. Nous les filmions en train de manger, de discuter. Pour ma part, j’avais le cul entre deux chaises. J’étais à la fois gênée de filmer ces gens que nous n’avions jamais vu et que nous ne reverrions sûrement jamais et excitée de découvrir un monde, une façon de vivre. C’était comme une petite porte sur le monde. Le livre de Solange, c’est aussi une petite porte sur le monde. C’est pour ça que je l’aime autant.

10/10

UPDATE !

Je pensais, comme pas mal de gens, qu’en lisant ce bouquin, j’étais face à des témoignages de femmes qu’elles avaient validés elles-même et qu’elles participaient entièrement au projet de Solange. Or, il se trouve que si ces dernières ont participé à un projet similaire il y a deux ans sur une chaîne de radio, certaines n’ont pas été mise au courant de la réutilisation de leurs témoignages dans ce bouquin. Une femme dont le témoignage a été réutilisé sans autorisation a écrit une lettre ouverte à Solange ici que je vous laisse soin de lire. Solange met en avant le côté juridique « Les noms ont été changés ». Cependant, c’est très moyen de s’approprier l’intimité des autres. Même si ces témoignages ont déjà été faits, c’était il y a deux ans et peut être que certaines ne souhaitaient pas réitérer l’expérience sur papier. Pour ma part, grosse déception, le bouquin prend un tout autre sens quand on sait que les demoiselles ne sont pas forcément au courant.


Les eaux troubles du Mojito de Philippe Delerm
Edition : Points

Les eaux troubles du Mojito de Philippe Delerm, ce sont de petits récits très courts sur les petits bonheurs du quotidien. Les pique-niques sur la plage, le sable dans les chaussures, la pastèque et les mojitos et toutes les belles raisons d’habiter sur terre. Une page ou deux, pas plus, sur un petit moment de la vie. C’est doux, reposant et on savoure en souriant les petits bonheurs du quotidien.

9/10


La bible expliquée et illustrée de Jean-Michel Billioud et H. Georges.
Edition : De La Martinière Jeunesse

Je ne savais pas vraiment si je devais vous présenter ce libre. Après tout, ça reste un ouvrage que j’ai lu et beaucoup aimé alors il mérite sa place ici. Pour la petite histoire, si vous ne le savez pas, je suis en Histoire de l’art à l’université. Nous avions un cours sur l’iconographie byzantine et qui dit iconographie byzantine, dit Jésus et ses copains. Ce n’est pas non plus la compagnie créole, hein. Ayant une culture quasi nulle de la religion, j’ai dû me remettre à niveau assez rapidement. J’ai bien entendu déjà lu la Bible dans ma vie. Cependant, vu ce qui en reste dans mon cerveau, je me suis dis que relire la Bible dans son plus simple appareil, c’était peut être pas super fun.

Du coup, avec ma super copine Mathilde, on a investi dans une bible illustrée et expliquée. On a regardé pas mal de bibles dans le rayon enfant pour se décider et on a craqué sur cette jolie édition qui semblait assez complète. Les récits sont courts et illustrés avec des petits points détaillés et expliqués. C’est beaucoup plus ludique et facile à retenir. L’ouvrage est très très bien fait et accessible. Le livre met en lumière les parallèles avec les autres religions, explique certains faits dit miraculeux avec les phénomènes naturels à la même époque. Bref, gros coup de cœur pour une approche générale ou une première approche mais largement suffisante si vous ne souhaitez pas vous spécialiser dans la religion chrétienne.

9/10


En reportage, je vous propose de découvrir le reportages de la BBC Planet Earth II. Ce reportage est composé de plusieurs épisodes sur la planète, sa faune et sa flore.
Il y a 7 épisodes en tout : Islands, Mountains, Jungles, Deserts, Grassland and Cities. Chaque épisode dure une bonne heure.

Chaque reportage est en deux partie : une première partie axée sur les animaux et la flore et une seconde partie sur l’équipe et la réalisation. Les images et les plans sont sublimes, on en prend plein les yeux. On découvre la vie des paresseux, des ours dont la passion est de twerker sur les arbres, une petite souris qui tente de sauver sa vie. La réalisation est vraiment folle. Les images sont couronnées de commentaires et d’anecdotes.

Islands :

Mountains :

Deserts :

Jungles : 

Grasslands :

Avouez, ils vous font penser un peu à Alf !

Je vous conseille vivement ces reportages, ils sont sublimes !


Pour l’exposition, nous avons profité d’être à Bruxelles pour aller au musée Magritte. C’était super sympa.
En bonus, mon œuvre préférée : La page blanche !

J’espère que cet article vous aura plu. Beaucoup de coups de cœur ce mois-ci. N’hésitez pas à regarder ne serait-ce que les reportages ou lire le livre de Solange, vous ne serez pas déçus !

June

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *